© Ce site appartient à l'association de sauvegarde du patrimoine de Jarrier, il ne doit pas être utilisé et reproduit sans autorisations.

Patrimoine, bâti, environnement

 

On trouve un four à pain dans la plupart des hameaux.

Ceux-ci sont en état de fonctionner et il n'est pas rare de voir les habitants fabriquer leurs pains à l'occasion d'une fête familiale ou pour un événement du village.

Le dernier four à avoir été construit est celui du chef- lieu en 2015, financé avec un partenariat mairie association du patrimoine. 

 

On dénombre près de 150 greniers sur la commune de JARRIER.

Ces petites constructions en bois sont situées à proximité de l'habitation principale. Elles servaient à stocker semences, vêtements et autres objets de valeur pour les mettre à l'abri d'un éventuel incendie de la ferme.

Les greniers :

 

Les fours à pain :

 

Les maisons à colonnes

 

 

La maison traditionnelle de Jarrier a un principe de construction très particulier. Les terrains étant sujets à des glissements, l’ossature en bois de la maison est indépendante des murs. Lors de la construction, on commence par la toiture qui repose sur des colonnes posées sur des pierres plates. Les murs sont construits sous cette structure. Si un mouvement de terrain se produit, il suffit de recaler les colonnes correctement avec des pierres plates.

 

 De nombreux oratoires sont présents sur la commune.Les hameaux qui n'avaient pas de chapelles se devaient d'avoir un oratoire.

Les oratoires

 

 

                                               L' église saint Pierre :
                                               

Construite en 1626 à l'emplacement d'une ancienne église tombant en ruine, l'église SAINT PIERRE classée monument historique, a été restaurée plusieurs fois.

La confrérie du Saint Sacrement fit sculpter le retable du maître autel en 1681.

Sa façade possède un beau portail en tuf. Le clocher est une tour carrée portant quatre cloches.

A l'intérieur, la nef comporte une tribune. Deux chapelles latérales donnent à l'église la forme d'une croix latine. La nef est couverte par un plafond à caissons peints de rosaces. 

La chapelle Saint ROCH:

                                                             Les chapelles :

 

En plus de l'église SAINT PIERRE inscrite au titre des monuments historiques, 5 chapelles jalonnent la commune.

                                   

Cette chapelle est la plus ancienne de JARRIER. Elle fut construite en 1565 au lendemain d'une épidémie de peste.

La chapelle placée sur un promontoire, avec ses façades roses se découpe sur les aiguilles d'Arves en arrière plan.

L'intérieur se compose de deux travées à voûtes d'arête séparées par un arc doubleau. Le tableau de l'autel représente la Vierge de l'Assomption avec à sa droite Saint Fabien pape, à sa gauche Saint Blaise et en dessous Saint Sébastien et Saint Roch.

De chaque côté, deux niches abritent les statues récentes de Saint Sébastien et de Saint Roch.  

La chapelle Saint ANTOINE:

                                    

Cette chapelle a été  construite au 18 ème siècle, mais la date exacte n'est pas connue. Elle est blanchie et décorée en 1841.   

Son architecture de plan rectangulaire comprend à l'intérieur deux travées surmontées de coupoles octogonales séparées par un arc.

On peut remarquer les décors peints représentant le Christ accueillant un martyr et la Trinité entourée d'un cortège de saints.

Le maître autel comporte un beau retable sculpté.

Différents tableaux représentent l'adoration des mages et Saint Antoine.

La chapelle Saint BERNARD:

Une première chapelle fut construite en 1539 suite au don du terrain et d'argent par Monsieur Arnaud BRUN au lieu dit Bormat des Ireuils, emplacement de la croix de Saint Bernard actuelle. Elle est déclarée en ruine en 1835.

Le chanoine Pierre Antoine Marcoz en fait construire une nouvelle à son emplacement d’aujourd’hui, au lieu dit Plan d'Herouil. Elle fut bénie le 7 juillet  1841.

Elle est surmontée d'un petit clocher en arcade sur lequel on trouve une croix en fer. A l’intérieur, deux travées à voûtes d'arêtes sont séparées par un arc doubleau avec des corniches saillantes. L'autel tombeau est surmonté d'un retable à colonnes lisses datant du 19 éme siècle avec un tableau de Saint Bernard. 

La chapelle NOTRE DAME DES GRACES

La première pierre de cette chapelle fut posée le 13 juin 1685. Elle est terminée un an plus tard. Elle est agrandie en 1717.

L'édifice rectangulaire a un porche d'entrée orné de peintures.

A l'intérieur on trouve deux travées surmontées de voûtes d’arêtes séparées par un arc plein cintre porté par deux pilastres à chapiteau. Les voûtes sont ornées de cartouches quadrilobés. Le tout est joliment décoré.

Le maître autel se détache sur un fond peint. Il est richement décoré d'un style art baroque.

La tableau du maître autel représente la visitation. La tribune est ornée de douze panneaux représentant les apôtres.

Cette chapelle classée au titre des monuments historiques, dont la structure est extrêmement fragilisée par les mouvements de terrain, n'est malheureusement plus ouverte.

La chapelle NOTRE DAME DES CHAMBEAUX

La première chapelle fut construite à 1700 m d'altitude au milieu des chalets d'alpage en 1864. Elle fut détruite par un ouragan en 1935 et reconstruite en 1941. Le clocher en tuf abrite la cloche de la première chapelle.

A l'intérieur on trouve les statues de la Vierge, de Sainte Anne et de Sainte Thérèse. On trouve également un chemin de croix.

Cette chapelle est dédiée à la Vierge Marie sous le titre de l'Immaculée Conception.